Posts Récents
Posts à venir
Tenez-vous à jour...
Posts à l'affiche

Un projet professionnel, pour quoi faire ?

Recrutement, entretien de mi-parcours, reconversion, oraux de concours …

Difficile d’en faire l’économie.

C’est un marronnier !

C’est-à-dire, un sujet qui revient inlassablement, année après année. Comme la saison où on risque de prendre un marron sur la tête … Bientôt …

Qui ne passionne plus vraiment mais qui angoisse toujours autant celles et ceux à qui on demande de le formuler.

> où vous voyez-vous dans 10 ans ?

> décrivez vos trois prochains postes …

> écrivez votre CV projectif

Alors un projet pro, ça sert à quoi au fond ?

Idiotie, utopie ou exercice utile ?

Vous avez 18, ou 25 ans. Vous terminez vos études

… ou voulez les poursuivre en accédant à une nouvelle formation. Vous avez cheminé depuis l’école, souvent sans avoir pu tester en vraie grandeur le monde du travail. Vous avez sûrement fait quelques stages ou jobs, mais en restant toujours un peu en surface de la réalité professionnelle. Vous vous faites une vague idée de ce qui peut vous attendre comme type d’activité pour votre premier contrat. Vous préparez l’étape suivante, et voici qu’on vous demande de formuler votre projet pour les 5 à 10 ans à venir.

Vous avez déjà 10 à 15 ans d’ancienneté et voilà que resurgit la question.

Vous avez développé un solide socle de compétences et d’expériences. Vous avez un entretien avec les RH ou votre manager pour faire un point carrière.

Que vais-je faire de ma peau dans les 10 ans qui viennent ? Bonne question !

Comment se projeter dans contexte futur qui par définition n’existe pas encore, quand on a déjà mesuré à quelle vitesse les organisations se transforment et l’impact que peut avoir l’arrivée d’un nouveau dirigeant ou de nouveaux actionnaires.

Pourquoi demander une projection à de jeunes professionnels, quand on sait pertinemment qu’ils changeront probablement plusieurs fois de métier au cours de leur vie ? Et qu’ils le savent également…

Essayons pourtant de se donner quelques repères méthodologiques pour répondre à cette question et en tirer profit.

A quoi ça sert ?

Pour commencer, la formulation de ce projet va vous permettre de montrer que vous n’êtes pas là par hasard, que vous vous êtes un minimum documenté sur ce que pourrait être votre avenir, que vous avez fait l’introspection nécessaire, que vous êtes capable de vous imaginer et de vous projeter dans le contexte que vous visez (entreprise ou formation) ; que vous n’êtes pas statique et vous savez être en mouvement, même si c’est en l’occurrence principalement virtuel.

Que votre aspiration à devenir n’est pas vague mais peut se décrire en étapes concrètes.

Cela va donner un peu de substance et d’illustrations concrètes à votre « motivation » que vous affirmez avec force. Cela va permettre de mesurer votre ambition.

Oui mais dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça !

Vous avez raison ! Et d’ailleurs, on ne vous demande pas de signer un CDI sur la base de ce que vous présentez ! Il est certain que les parcours professionnels sont beaucoup plus divers et beaucoup moins rectilignes qu’au siècle précédent.

Et puis, vous n’allez pas expliciter que votre projet est de changer de métier et/ou d’entreprise tous les 5 voire 3 ans.

Donc c’est forcément un peu biaisé. Tout le monde le sait, vous pouvez jouer le jeu tout en montrant que vo

Comment bâtir un projet crédible ?

Commencez par partir de vous !

Quelles sont vos expériences ? Quels sont vos rêves ?

Expérience ?

A 20 ans ? Vous en avez plus que vous ne pensez : activités sportives, engagements associatifs, activité scolaire ou parascolaire, succès et ratés, tout fait sens.

A 30 / 35 ans, là il va falloir trier pour faire ressortir ce qui fait sens pour vous aujourd’hui ; ce qui vous ressemble, ce dont vous êtes le plus fier.

Que faire de vos rêves ?

Les rêves sont un puissant moteur ; ils vont vous donner des indications sur vous ; confrontez ces informations à la réalité future que vous percevez ou que vous imaginez et osez voir en quoi et comment vous pourriez y réaliser une partie de vos rêves, y vivre vos envies (ce qui vous fait courir.

Et vos qualités ? Et vos atouts ?

Si vous ne connaissez toujours pas vos qualités, demandez à vos amis, à vos collègues; ils savent pourquoi vous êtes précieux pour eux.

Vos atouts, c’est ce vous savez très bien faire, car c’est ce que vous aimez faire ; ce que vous aimerez apprendre et entreprendre.

Si l’avenir est fumeux car non advenu, vous, vous êtes bien réel ; vous pouvez prendre appui sur qui vous êtes et sur ce que vous aimez (et détestez).

Allez regarder des exemples de parcours

Et pour cela, questionnez, rencontrez, explorez. Vous avez tout loisir de poser des questions à ceux qui sont plus avancés que vous, les journaux adorent retracer les parcours professionnels et Internet regorge d’histoires.

N’oubliez pas non plus le père de votre meilleure amie ou la femme de votre collègue. Tous seront ravis de faire le lien et ce père ou cette épouse seront en général enchantés de parler d’eux - leur vie, leur œuvre – et d’être pris au moins pour partie comme source d’inspiration. Vous avez peut-être un mentor, consultez-le.

Collectez également dans les journaux les portraits de celles et ceux qui font l’actualité. Ils vous expliquent avec force détail leur parcours académique et professionnel.

Vous pouvez ensuite mesurer ce qui est réaliste pour vous même dans la fiction que vous allez décrire et ce qui ne l’est pas. Vous pourrez aussi constater qu’il y a parfois des virages ou des zigzags qui n’empêchent en rien la réussite.

Décrivez ensuite deux ou trois trajectoires possibles

Le propre de l’avenir, c’est qu’il n’est pas écrit. Il n’y a donc pas de trajectoire juste ou fausse. Cherchez la crédibilité, tracez en quelques unes et donnez vous le temps du choix. Vous pouvez tester les deux ou trois hypothèses auprès de ceux qui vous connaissent pour les faire réagir. Vous pouvez aussi les laisser décanter quelques jours puis choisir celle que vous « sentez » le mieux. Votre intuition sera un bon guide ; elle se nourrit de tout ce que vous savez de vous et de l’environnement ; et de tout ce qui est disponible comme information sur vous et votre environnement dont vous n’êtes pas conscient.

Les trajectoires ne sont pas suffisantes ; il faut les nourrir.

Vous avez besoin de connaître et décrire les principales compétences associées aux différentes étapes. Le plus simple est de rédiger les CV imaginaires qui les décrivent. Insistez bien sur les compétences, sur les expériences que vous aurez développées et acquises. Plutôt qu’aligner une liste des postes que vous auriez occupé, sachez parler de ce que ces postes vous auraient appris : nouvelle expertise, expérience managériale ou de l’international, nouvelles méthodes de travail …

Le choix fait, gardez la mémoire des trajectoires que vous n’aurez pas retenues. Elles seront des alternatives à évoquer si votre interlocuteur en cours d’entretien vous demande quel pourrait être un projet alternatif ; elles seront des bifurcations possibles dans le déroulement réel de votre parcours.

Mais soyez rassuré, il y a peu de chances que les choses se déroulent comme prévu. C’est ce qui fait le sel de vie !

Publié par Marie Mugler – www.mariemugler.com

Marie Mugler accompagne en face à face celles et ceux qui veulent réaliser leur projet professionnel et trouver les « mots pour le dire » dans les étapes clés de leur évolution. Après plus de 30 ans dans des fonctions de responsabilité et de direction générale au sein de grands groupes, elle a créé son propre cabinet de mentoring et partage son expertise avec rigueur et bienveillance.

Retrouvez-nous
Rechercher par Tags
Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square